Mercure dans les produits de la pêche : nouvelles teneurs limites fixées

nouvelles teneurs limites mercure

Publié le : 17/05/2022

La Commission Européenne a publié un règlement élargissant la liste des poissons concernés et baissant pour certains la limite maximale en mercure.

 Une révision des limites pour diminuer le risque

 

Depuis plusieurs années la balance « bénéfice – risque » qui concerne la consommation de poisson et l’exposition au mercure est étudiée. Le mercure peut être présent dans l’environnement sous forme inorganique ou sous forme de méthyl mercure. Cette dernière étant particulièrement toxique car elle présente une forte affinité pour les protéines et se retrouve donc tout au long de la chaîne alimentaire.

La consommation importante de certaines espèces de poissons exposerait les consommateurs à des doses supérieures aux tolérances établies. Cependant le bénéfice de la consommation de poisson sur les maladies cardio-vasculaires, entre autres, est bien réel. Une révision des teneurs maximales pour réduire l’exposition au mercure est alors nécessaire. Le règlement 2022/617 du 12 avril 2022 vient donc modifier le règlement 1881/2006 sur les contaminants alimentaires.

 

Des limites en mercure revues à la baisse

 

Les produits de la pêche et la chair de certains poissons sont déjà soumis à des limites maximales pour le mercure. Le règlement 2022/617 vient élargir cette liste en ajoutant par exemple le hareng de l’atlantique, le cabillaud, le saumon, les truites, les sardines etc. avec une limite maximale de 0,3 mg/kg au lieu de 1,0 mg/kg pour d’autres espèces.

 

Par ailleurs et pour être aligné avec le Codex Alimentarius qui définit une teneur maximale en mercure de 0,1 mg/kg dans le sel, la Commission Européenne fixe également dans ce règlement la même teneur maximale pour cette denrée.

 

 Aqualeha vous accompagne

 

Nous vous proposons de réaliser l’analyse du mercure sous accréditation Cofrac* dans vos denrées alimentaires, notamment les produits de la pêche. Notre technique d’analyse très sensible nous permet d’atteindre les seuils règlementaires même ceux revus à la baisse par la nouvelle règlementation.

Pour toute demande d’information ou de devis, vous pouvez nous contacter grâce à notre formulaire.

 

*Accréditation Cofrac Essais, n°1-0752, liste des implantations et portée disponible sous www.cofrac.fr