Acrylamide : analyse obligatoire pour diminuer les risques

acrylamide

Publié le : 04/01/2018

COMMUNICATION

L’acrylamide, molécule reconnue comme cancérogène avérée pour l’animal et possible pour l’Homme, fait aujourd’hui l’objet d’une attention particulière. Les industriels du secteur alimentaire doivent diminuer sa présence dans leurs produits.

L’acrylamide est un composé qui se forme à partir des constituants (asparagine et amidon) naturellement présents dans certains produits alimentaires lors de leur cuisson à haute température (supérieure à 120°C).

Les aliments les plus à risque sont :

  • Les produits de panification : pains à base de blé ou autre panification sèche.
  • Les frites et chips à base de pommes de terre.
  • Les céréales (produits à base de son, blé, seigle, maïs,…).
  • Les biscuits (à base de pommes de terre ou de céréales).
  • Les grains de café.

En 2015, l’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) a adopté un avis sur l’acrylamide dans les denrées alimentaires. Cet avis confirme les évaluations antérieures selon lesquelles l’acrylamide est susceptible d’accroitre le risque de développement de cancer.

Le règlement 2017/2158 fixe donc des teneurs de référence qui servent de guide à l’application des règles d’hygiène pour les industries agroalimentaires. Ces mesures devraient permettre de diminuer la présence d’acrylamide dans les denrées alimentaires.

Et concrètement ?

Les industriels du secteur alimentaire doivent analyser les teneurs en acrylamide de leurs produits. Si les résultats obtenus indiquent que les teneurs ne sont pas inférieures aux valeurs de références  alors ils devront sans délai réexaminer les mesures mises en place pour atténuer ces teneurs.

Le règlement 2017/2158 est applicable à partir du 11 avril 2018.

Aqualeha est en mesure de vous proposer une prestation pour déterminer la teneur en acrylamide de vos produits.

Contactez-nous grâce à notre formulaire de contact.